Droit de réponse

Publié le

Dans ces dernières heures de campagne électorale, la droite oublie le respect mutuel qui doit présider dans tout débat républicain. Elle n’a pas hésité à attaquer personnellement Julien Dray.
 
On peut comprendre que Mme Gaudin soit déçue que la gauche soit arrivée en tête du premier tour.
On peut comprendre qu’elle soit accablée par le fait qu’entre 2002 et 2007, la gauche ait progressé de 64 voix alors que la droite totalise 1052 voix de moins.
On peut comprendre que Mme Gaudin soit énervée que les élus de droite restent très
silencieux et ne la soutiennent que du bout des lèvres parce que les militants locaux n’acceptent pas sa désignation par les états majors parisiens.
Mais ce ne sont pas des raisons pour faire prendre à la campagne une tournure désagréable qui n’a rien à voir avec le débat d’idées.
 
Fidèles à notre conception de la politique, où la dignité et l’argumentation sur le fond sont des maîtres-mots, nous refusons d’entrer dans l’engrenage infernal des coups bas. Les calomnies décrédibilisent la politique ,elles ne servent personne et sûrement pas les habitants de la circonscription. D’autant que tout le monde sait bien que toute la vie de Julien Dray est organisée autour du 130, avenue Gabriel Péri, à Sainte-Geneviève des Bois.
 
C’est pourquoi nous répondons uniquement aux questions politiques, elles seules comptent.

Commenter cet article