Les aventures de la candidate UMP (épisode 3)

Publié le par Julien Dray

A en lire son dernier tract, la candidate de l’UMP a décidé de poursuivre sa campagne de calomnies à mon encontre. Même si ce n’est pas ma façon de faire, c’est son droit et les électeurs en jugeront. Mais que me reproche-t-elle au juste ?

 Apparemment, juste le fait d’être de gauche ! C’est cocasse…

 Car non seulement ce n’est pas une nouveauté, mais en plus, je l’assume et je le revendique. La candidate de la droite écrit que j’aurais du voter certains projets de loi présentés par les gouvernements Raffarin et Villepin. Lesquels ? La baisse des impôts pour les plus riches, le passage en force sur le service minimum plutôt que la mise en place des outils de concertation pour prévenir les conflits, ainsi que les transferts de nouvelles compétences aux collectivités locales sans que l’Etat ne leur donne les moyens financiers pour qu’elles puissent les mener à bien.

 Les électeurs de notre 10ème circonscription ne m’ont pas élu pour cela ! Ils m’ont choisi pour défendre la justice sociale, les salaires et l’emploi, la protection sociale et la sécurité pour tous… Je suis de gauche et le mandat que vous m’avez confié est clair. Je le respecte, c’est mon devoir.

 La candidate de l’UMP, par contre, ne dit pas un mot des problèmes concrets que nous rencontrons tous les jours. Rien sur les fermetures de classes dans de nombreux établissements scolaires, notamment dans la commune de Morsang, où elle est pourtant élue. Rien non plus sur l’insécurité et la montée de la violence dont donne la preuve formelle un rapport officiel alors que Nicolas Sarkozy a été ministre de l’intérieur pendant 4 des 5 dernières années. Rien sur la fermeture de nombreux services publics de proximité comme des maternités et des bureaux de Poste.

 Mais chut ! De tout cela, des vrais problèmes, il ne faut pas en parler, selon la candidate de la droite… Il parait que cela s’appelle « jouer sur les peurs »… Moi, j’appelle cela rendre compte devant les français et préparer l’avenir pour qu’il soit plus humain. C’est pour cela qu’on élit un député.

Commenter cet article